Cours PDF Gratuit

 
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
  • default color
  • green color
  • blue color

la gestion bien détaillée

Envoyer Imprimer PDF

Sommaire du cours :
INTRODUCTION GÉNÉRALE.
IG.1. TRANSFORMATIONS DE L’ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER.
IG.2. LA DYNAMIQUE INTERNE DE L’ANALYSE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE.
IG.3. LA SPÉCIFICITÉ DES PME.
IG.4. LA GESTION DE LA SOLVABILITÉ.
IG.4.1. Les préoccupations majeures de l’analyse économique et financière.
IG.4.2. La contrainte de solvabilité : “équilibres financiers” et risque de faillite.
IG.4.2.1. La notion de solvabilité et ses enjeux.
IG.4.2.2. P rincipes d’analyse de la solvabilité .
IG.4.3. L’appréciation des performances économiques et financières .
IG.4.3.1. Les performances économiques et financières contraintes subies ou choix  discrétionnaires pour l’organisation ?
IG.4.3.2. P rincipes d’analyse des performances
IG.4.3.2.1. Révision comptable
IG.4.3.2.2. Le choix des indicateurs de résultat
IG.4.3.2.3. Les indicateurs relatifs aux moyens engagés

 

 

CHAPITRE I: LES DÉMARCHES DE L’ANALYSE ÉCONOMIQUE D’ENTREPRISE

I.1 .CONTEXTE DU DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DE L’ANALYSE
I.2. LA FINALITÉ DE L’ANALYSE
I.2.1. En premier lieu, les indications fournies par l’analyse financière interviennent couramment dans les processus d’élaboration, d’évaluation et de contrôle des décisions de gestion.
I.2.2. En deuxième lieu, l’analyse financière fournit des indicateurs ou des documents synthétiques qui permettent le suivi et le contrôle interne de certaines opérations.
I.3. INFORMATION, COMMUNICATION ET DIAGNOSTIC
I.4. LES DÉMARCHES DU DIAGNOSTIC ÉCONOMIQUE ET FINANCIER.
I.5. SYSTÈME COMPTABLE ET ANALYSE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE.
I.6. L’INFORMATION COMPTABLE ET FINANCIÈRE.

CHAPITRE II LES EXIGENCES D’UNE THÉORIE DE L’ACTION ÉCONOMIQUE

II.1. EXEMPLE DE CADRE D’ANALYSES « LES MONDES DE PRODUCTION »
II.2. LES CHOIX THÉORIQUES SOUS-JACENT.
II.2.1. L’analyse en compréhension.
II.2.2. La non-détermination a priori des actions
II.2.3. Comprendre et reproduire la dynamique interne des processsus
II.2.4. Comprendre l’enchaînement et les interactions du développement.
II.3. LES CATÉGORIES DE L’ACTION ÉCONOMIQUE.
II.4. LE TRAVAIL ET SES CONVENTIONS.

CHAPITRE III: FINANCEMENT, INVESTISSEMENT, ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES.

III.1. UNE MISE EN PERSPECTIVE DYNAMIQUE .
III.1.1. Les grands types de profils économiques.
III.1.2. Les trajectoires d’entreprises.
III.2. DES LOGIQUES DIFFÉRENTES ENTRE PME ET GRANDES ENTREPRISES.
III.2.1. Les fonds propres en question.
III.2.2. Une mise en perspective européenne .
III.2.2.1. Une amélioration de l’ indépendance financière d’ intensité inégale selon le pays et la taille de l’entreprise.
III.2.2.2. Un renforcement de l’ effet taille au sein de chaque pays
III.2.2.3. Une tendance vers une homogénéisation de la situation financière des grandes entreprises
III.2.2.4. Une accentuation des différences inter pays dans la population des PME
III.2.3. Le constat : des PME plus efficaces, plus rentables mais plus endettées que les grandes entreprises.
III.2.3.1. La combinaison productive.
III.2.3.2. Les décisions de financement
III.3. VALORISATION VERSUS ACCUMULATION.
III.4. LES MODES DE CROISSANCE DES ENTREPRISES INDUSTRIELLES : UNE ACCUMULATION
SOUMISE À LA CONTRAINTE FINANCIÈRE.
III.4.1. Vers une nouvelle convention de rentabilité .
III.4.2. Les comportements d’investissement.
III.4.3. La définition des comportements
III.4.4. Les résultats.
III.5. DES ÉLÉMENTS DE PROBLÉMATIQUES.
III.5.2. À propos de l’effet d’éviction.
III.5.3. Sphère financière et sphère réelle.
III.5.4. Quelques réflexions sur la croissance.

CHAPITRE IV: PROFITABILITÉ ET ÉPREUVES DE RÉALITÉ ÉCONOMIQUE

IV.1. PRODUITS, FIRMES ET MODÈLES DE PRODUCTION.
IV.1.1. Qu’est-ce qu’un produit? .
IV.1.2. Qu’est-ce qu’une firme et son modèle de production ?.
IV.1.3. Modèles de production et racines conventionnelles de la flexibilité
IV.2. LA PROFITABILITÉ.
IV.2.1. La variété des contraintes selon les modèles
IV.2.2. La profitabilité n’est pas un guide
IV.3. PRODUCTIVITÉ, COMPÉTITIVITÉ ET RENTABILITÉ.
IV.3.1. Évaluation et mesure.
IV.3.2. La rentabilité financière .
IV.3.3. De la productivité à la rentabilité : la situation des entreprises.
IV.3.3.1. Des productivités et compétitivités différentes selon la taille des entreprises.
IV.3.3.2. Repli des rentabilités, mais des PME toujours plus rentables
IV.4. UNE TENTATIVE DE SYNTHÈSE: LA GESTION DE LA FLEXIBILITÉ FINANCIÈRE.
IV.4.1. Les hypothèses.
IV.4.2. La flexibilité financière.
IV.4.3. Les conventions de financement. .
IV.4.4. Les régimes de financement.
IV.4.4.1. Les régimes de financement empiriques.
IV.4.4.2. Performances et régimes de financement.

CHAPITRE V : LES NOUVEAUX CRITÈRES DE GESTION DÉVELOPPÉS PAR

PAUL BOCCARA.
V.1. EFFICACITÉ DES CAPITAUX POUR FAIRE RECULER LA RENTABILITÉ CAPITALISTE: VA/CMF.
V.1.1. Le capital matériel et financier.
V.1.2. Valeur ajoutée ou richesse nouvelle, produite réellement.
V.1.3. VA/CMF : Valeur Ajoutée / Capital Matériel et Financier
V.2. EFFICACITÉ SOCIALE: VALEUR AJOUTÉE DISPONIBLE (V AD) (POUR LES TRAVAILLEURS ET LA POPULATION)
V.3. CRITÈRES DE PRODUCTIVITÉ GLOBALE ET UTILISATION DU BÉNÉFICE VA DISPONIBLE NÉCESSAIRE (VADN) ET VA DISPONIBLE SUPPLÉMENTAIRE (VADS).
V.4. CRITÈRES DE COOPÉRATION SOCIALE
CONCLUSION: DIVERSITÉ ÉCONOMIQUE ET MODES DE FINANCEMENT DES PME
C.1. LA PME N’EST PAS UNE « GRANDE ENTREPRISE » EN DEVENIR.
C.2. SORTIR DE LA TAUTOLOGIE ET RECONNAÎTRE LA DIVERSITÉ DES SITUATIONS..
C.3. DIVERSITÉ DES MODALITÉS DE GESTION DE LA CONTRAINTE DE RENTABILITÉ
C.4. LA GESTION DE LA FLEXIBILITÉ FINANCIÈRE, EXPRESSION DES SPÉCIFICITÉS DES PETITE ET MOYENNE ENTREPRISES.
C.4.1 Une définition de la PME selon la gestion des besoins de financements
C.4.2 La problématique : passer d’une logique de conviction à priori à une logique de
production de connaissances partageables
C.4.2.1. La diversité des situations se heurte à l’unicité des méthodes d’évaluation
C.4.2.2. La nécessité d’un concept de gestion de la diversité.
C.4.2.3. Un outil opérationnel d’ intermédiation informationnelle..
C.4.3 Marchés financiers et entreprise..
C.4.4 Retour sur l’exigence de profit ou la réalisation d’un surplus .
C.4.5 Une entreprise se définit selon la distance à laquelle elle se situe par rapport à ses environnements.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE:
ENCADRÉ    CONTEXTE D’ANALYSE ET ORIENTATION DU DIAGNOSTIC FINANCIER.
LA DÉMARCHE DU DIAGNOSTIC FINANCIER.
LES MONDES DE PRODUCTION (PRÉSENTATION EN COURS PUIS REPRIS EN TD)
CROISSANCE INTERNE ET CROISSANCE EXTERNE : DEFINITIONS ET MESURES.
CONVENTIONS ET MONDES DE PRODUCTION.
L’EFFET DE LEVIER.
ÉQUATION  TROIS NIVEAUX DE PERFORMANCES.
RENTABILITÉ SELON LES MONDES.
PREMIÈRE FORMULE.
DEUXIÈMES FORMULES – 2A
DEUXIÈMES FORMULES – 2B.
LA RENTABILITÉ FINANCIÈRE.
FIGURE    PASSAGE DU BILAN AUX INDICATEURS D’EFFICACITÉ
DÉFINITION DES INDICATEURS D’EFFICACITÉ.
GRAPHIQUE  FONDS PROPRES EUROPE.
FONDS PROPRES TAILLE EUROPE
EFFICACITÉ DU CAPITAL.
BFRE.
FONDS PROPRES.
FLEXIBILITÉ FINANCIÈRE EN EUROPE
TABLEAU    1990 1992 – PME ET GE
FLEXIBILITÉ ET CONVENTIONS DE FINANCEMENT.
RÉGIME DE FINANCEMENT.
DESCRIPTION DES RÉGIMES.
STATISTIQUES PAR RÉGIME.
RÉCAPITULATIF DES INDICATEURS D’EFFICACITÉ.
CORRESPONDANCE DES SIG ET DES NOUVEAUX CRITÈRES DE GESTION.
GESTION DE L’INFORMATION ET RÉGIME DE FINANCEMENT

Attachments:
Download this file (gestion1.zip)gestion1.zip706 Kb
Mis à jour ( Samedi, 26 Novembre 2011 12:28 )  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir